Moi Lola – TOME 3

Voyeur Sex

Moi Lola – TOME 3Moi Lola – TOME 3ATTENTION : Cette Histoire est un mélange de réalité et de fiction ! Bonne lecture…Depuis l’adolescence, je suis celle que l’on mate dans la rue. Je suis peut-être celle sur lequel votre petit ami ou mari a déjà fantasmé. Ne me jugez pas trop vite, apprenez juste à me connaître !Bienvenue dans mon Univers…Chapitre unique : “LA RENCONTRE”L’été avait commencé. Pour moi, dans le but de financer mon permis de conduire j’avais dû trouver un emploi pour les vacances scolaires. J’avais été prise au supermarché du coin. J’étais payé pour peser les fruits et légumes en magasin. Mon job : Peser, taper les références et coller les étiquettes !Bref, au moins je gagnais de l’argent facilement.Mes parents étaient partis en vacances, d’abord chez ma grand-mère 1 semaine puis 2 semaines aux Baléares. J’avais la maison pour 3 semaines. Romuald venait me baiser de temps en temps. Il était en couple alors, il avait clairement moins de temps pour moi. Pourtant j’assurais mieux que sa meuf m’avait-il dit.Depuis quelques temps je l’autorisais à m’éjaculer dans la bouche, attention je n’avalais pas ! Pas encore du moins ! Chose que sa meuf ne faisait pas ! D’où le fait qu’il venait encore.J’avais eu une aventure avec un collègue du supermarché. Il avait 20 ans. Une petite sauterie mais sans plus. Il m’avait baiser juste parce que j’en avais envie. Je lui avais plusieurs fois montré mon décolleté, sans en faire exprès bien sûr (rire) au boulot.Du coup, il m’avait invité à aller boire un verre. Mais franchement plus vantard qu’autre chose le gars car zéro niveau cul !Marc était revenu dans ma vie. Un message après de longs mois sans nouvelles. Il était toujours en couple avec sa meuf. Je lui avais dit que si l’envie se présentait, il était bienvenu chez moi.Il a pas tardé le salop. Deux jours après il frappait à la porte. Nous avons passés le samedi soir, la nuit et une partie du dimanche à baiser. Il m’avoua, que j’étais celle avec qui il aimait baiser. Des paroles que j’aimais toujours entendre ! Même si je sais que c’était parce qu’il était là avec moi. Avec sa conjointe il devait également dire ces mots. Mais bon ça fonctionnait toujours !Voilà pour le point cul.Mais LA rencontre qui déclencha définitivement ma vocation à avoir une double vie sera Laurent.Laurent est arrivé dans ma vie un jour. Et il est resté très longtemps, très très longtemps !Mais reprenons le cours de l’histoire…La rentrée avait sonné. J’étais donc en alternance, une semaine de cours pour trois semaines de travail en entreprise. J’avais arrêté les cours de danse. J’avais passé mon permis de conduire et l’avait obtenu !J’avais donc un salaire et mon permis B. Une nouvelle étape dans ma vie de jeune femme. Oui j’étais devenu une véritable jeune femme. J’adorais faire du shopping, prendre soin de moi encore plus qu’avant ! Je sortais toujours en talon, mini jupe, robe pour le boulot ! Et Romuald avait droit à mes plus belles tenues sexy pour nos parties de cul.Un soir, après un très long moment sans y avoir été, je mettais connecté sur le site de webcam aléatoire. J’étais resté habillé ! Je zappais, encore et encore… Soudain, un homme me parla. Très cordiale, et habillé de surcroît. Ce qui était rare sur ce site. Il me demanda aussitôt ce que je faisais ici. Je lui disais que ça faisait longtemps que j’étais venu. Et que bien souvent, c’était pour m’amuser un peu. Je lui avais demander à son tour la même question. Mystérieusement, il m’avait répondu qu’il cherchait une nouvelle femme pour s’amuser aussi. Mais aussitôt avait enchaîné en me disant que je paraissais assez jeune pour lui convenir. Donc qu’il allait zapper sans vouloir m’offenser !Et il zappa…J’ai continué à zapper puis je suis à nouveau tombé sur cet homme. Je lui ai pas laissé le temps de zappé que j’ai écris :” Je suis une jeune d’accord, mais je sais être une jeune SALOPE !”.Il me répondit : ” Quels sont tes limites ?”J’ai écris : “Je sais pas encore………”Dans cette phrase je sais pas si c’est ce que je dis ou les points que j’avais rajouté qui faisait le plus aguicheuse !Il me disait : “Prouve le en 1 minute !”.J’ai enlevé ma robe avec sensualité, je m’étais retrouver en bas , string et soutien-gorge. J’enleva mon soutif et string, et commençais à me toucher la poitrine…Il m’a dit d’arrêter !Et ajouta simplement : “Validé haut la main ! Dis moi simplement si tu es majeure STP !”J’ai dit oui. Et il me donna son adresse mail et son prénom, Laurent. En échange je lui ai donné mon prénom.Il termina le chat en me disant : “j’attends ton mail chère Lola”.L’aspect mystique de cet homme m’intrigué, sérieusement je me suis dit qu’il était chelou ce mec ! Et surtout j’avais pas apprécié qu’il m’ait envoyé balader au début de notre conversation. Je n’avais pas l’habitude qu’on ne s’intéresse pas à moi.J’ai attendu quelques jours avant de lui envoyer un mail.Dans le mail, j’avais été assez brève. C’était surtout pour qu’il est mon adresse mail en retour. Je voulais surtout savoir ce qu’il faisait de si mystérieux ! J’étais assez curieuse d’avoir sa réponse.Le lendemain, je recevais sa réponse :« Chère Lola, merci pour ton mail. Je me présente un peu plus de ce fait. Je m’appelle Laurent, j’ai 39 ans. Je suis marié depuis 8 ans. 2 enfants. Je ne dirais pas plus sur ma vie privé. Je cherche une relation extra conjugale, mais bien mieux. J’aimerais entretenir une relation peu importe la fréquence, le lieu. J’ai de l’expérience et aime transmettre mon savoir. Ma dernière relation avec une autre femme a pris fin récemment. Je cherche donc une nouvelle femme. Ton profil et surtout ton âge (18 ans) me paraît juste. Mais je sens du potentiel, je te demanderai simplement de m’en dire plus sur toi et de m’envoyer une photo de toi. Et si tu le désire je serais content de te mobil porno voir juste pour essayer notre compatibilité sexuel. Cordialement ».Alors là ! Plutôt précis comme homme ! Cela me présageait quelqu’un qui savait ce qu’il cherchait.Je lui répondît assez vite :« Cher Laurent. Tout d’abord, voici 1 photo de moi. Je suis donc Lola, 18 ans. J’habite en Région Parisienne, en Seine et Marne plus précisément. Je n’ai pas d’enfant. En ce moment, je ne suis pas en couple, j’ai rompue très récemment… J’ai deux plans cul, un plus régulier que l’autre mais les deux depuis plusieurs années déjà.J’ai appris à m’ouvrir à eux… Puis, je me refuse jamais à me livrer à d’autres quand l’occasion se présente et si l’envie me prend ! Oui, j’ai 18 ans, mais je pense pas être pour le moins inexpérimenté, ma fougue et jeunesse en moi est peut-être plus un avantage qu’un défaut et je compte bien te le prouver si l’opportunité se présente. Je suis demandeuse de ton expérience, tu ne le regretteras pas. Avec un peu d’humour, j’espère que ma lettre retiendra ton attention, et reste à disposition pour un éventuel entretien. Cordialement ».Photo jointe :J’étais excité. Je savais au moment que je l’envoyai que je voulais maintenant le voir au moins une fois ! Il avait éveillé ma curiosité. Je ne pouvais plus faire demi-tour.Je consultais mes mails tout le temps, au boulot, en pause, partout. J’attendais sa réponse impatiemment.Puis, je recevais ceci :« Entretien accordé Lola. Je suis de Paris, je te contacterai. Tiens-toi prête ».Wouah ! C’était quoi ce truc. Juste avec ses mots, il me faisait grave de l’effet. Je ne savais pas si ça allait être malsain ou pas mais j’avais hâte, tellement hâte !Je reprenais ma petite vie tranquille, j’avais acquis ma première voiture, J’étais cette fois-ci complètement autonome. Fini les transports en commun, avec les regards des hommes sur moi. C’est peut-être cela que je regretterai le plus en fait. Je ne pourrais plus jauger mon talent de séductrice. C’était le baromètre pour savoir si mon décolleté était trop voyant ou pas.Dès que Marc a su que j’avais ma voiture, il m’invita à venir le voir. Il n’habitait pas encore avec sa copine.J’avais fait l’aller-retour juste pour me faire baiser par lui. C’était toujours aussi délicieux avec lui ! Une maîtrise toujours aussi parfaite et sauvage. Je lui avait offert le privilège de me faire une faciale. Après m’avoir prise comme une petite salope (comme toujours) à 4 pattes par terre dans son salon, je mettais mise à genoux devant sa queue, avait attendu qu’il retire sa capote et avait reçu sa semence sur mon visage, il avait adoré ça et moi aussi ! J’imaginais cette petite scène comme une répétition si je devais avoir un rencard avec ce fameux Laurent… Je voulais être prête au cas où.Puis je repartis chez moi, j’étais venu juste pour quelques heures mais ça valait le détour ! Comme toujours !Quelques jours plus tard, ma boîte mail sonné… C’était enfin, Laurent.« Tiens toi prête ce vendredi soir entre 19h et 22h, je te donnerai l’adresse dans la journée et les instructions. PS: J’adore les bas ».Je répondis simplement OK, en rajoutant que je portais souvent des bas, ça tombait bien.Le vendredi est vite arrivé. Dès le réveil, j’étais excité terriblement excité !!!Dans la journée, au boulot, j’avais reçu son mail.Le rendez-vous était fixé, à Paris, Il m’avait donné l’horaire 19h30 précis. Accompagné de l’adresse complète, il s’agissait d’un appartement avec code d’accès pour entrer dans l’immeuble.J’avais eu le réflexe de regarder sur internet via le navigateur de recherche, j’avais vu la rue et l’immeuble auquel correspondait l’adresse. Très jolie en tout cas, situé dans une très belle rue Parisienne.Je terminais à 17h00. J’avais 2h30 pour rentrer, me doucher, me préparer et me rendre au point de rendez-vous.J’étais mélangé entre deux émotions, l’excitation et le stress. Rencontrer un inconnu me faisait pas peur, j’avais déjà rencontré deux mecs avant lui. Antoine et Marc. Je savais gérer. Ce que pourquoi je stressais été différent, en fait, je n’en savais pas plus sur lui. Et j’espérais au fond, que cet soirée m’apporte quelques réponses supplémentaires même s’il m’avait prévenu que je ne saurais rien de privé.Je me douchai, me prépara.J’avais mis mes plus beaux bas noir comme il avait souhaité. Puis mes sous vêtements les plus sexy que j’avais jusqu’à maintenant acheté, un jolie ensemble également de couleur noir et en dentelle. J’avais mis ma robe rouge qui laissé dominer ma poitrine généreuse et faisait ressortir mon cul. Mes talons noirs. Je m’étais lissé les cheveux puis finissais par le maquillage, pas trop chargé pour ne pas faire un effet pute non plus.Puis termina par mon rouge à lèvres.Je me sentais sexy. J’envoyais une photo à Marc pour savoir ce qu’il pensait de ma tenue. Il me répondît aussitôt que j’étais trop bonne !Je pouvais y aller, j’étais prête à rencontrer Laurent.J’avais réussi à me garer facilement dans une rue parallèle à celle du rendez-vous. J’avais même pas 5 minutes de marche.Je sentais les regards dans la rue, pas de doute ma robe rouge et mon décolleté faisait effet. Je pense que j’aurais pu me faire sauter par n’importe qui dans cette rue.J’étais arrivé à la porte de l’immeuble. J’avais le code donc je rentrais. L’appartement se trouvait au 2ème étage, je montais d’abord vite puis avec moins d’entrain. Et s’il s’agissait d’un fake, d’un pervers machiavélique ! J’y étais je ne pouvais plus reculer. Je suis arrivé devant la porte. La porte était entrouverte, avec une enveloppe scotchée dessus, mon prénom inscrit dessus.J’ouvrais l’enveloppe avant d’entrer.Chère Lola, bravo d’être venue jusqu’ici ! Je parie que ce n’est pas facile pour toi. Mais ne t’inquiète pas, ce ne sera que du plaisir entre nous. Je te laisse entrer jusqu’à zenci porno la petite table du couloir où tu trouveras un bandeau, tu le prendras. Tu te dirigeras dans le salon. Tu t’installeras sur la chaise au milieu de la pièce, et là tu pourra mettre le bandeau sur tes yeux. Merci.Je suis rentré dans le couloir, avais pris le bandeau puis me dirigea vers le salon. En effet, il y avait une chaise au milieu du salon. Je m’étais assise et avais mis le fameux bandeau. Et j’ai attendu…J’entendais des pas, lointain puis proche, très proche…Puis, le bruit de pas sur le parquet s’était arrêté devant moi. Sans me faire patienter plus, Laurent me parlait :« Bienvenue Lola. J’espère que tu apprécieras cette petite mise en scène ! Très jolie robe ».Sa voix était grave, semblait imposante sûrement un fumeur. Une bonne élocution à première vue.Il s’avançait vers moi, passait sa main sur ma joue gauche pour me caresser celle-ci. Je sentais sa main, une main qui me semblé grande et rassurante. Puis il avait descendu celle-ci sur mon mollet, remonta délicatement ma jambe, le long de mon bas jusqu’à la démarcation. Il avait été obligé de remonter un peu ma robe.L’effet du bandeau multipliait l’intensité. Il retira sa main, et ajouta :« Tu t’ai mise en bas Lola. J’adore. Terriblement sexy. Tu ne fais ton âge ».Je lui répondis: « Je n’ai jamais faite mon âge ».Il m’aidait à me lever, m’avait prise par la main et m’attira jusqu’à un canapé puis m’avait assise.« Nous allons parler un peu, des mes attentes, des tiennes, nos expériences, j’ai besoin d’échanger pour savoir si nous pourrons nous entendre pour de futurs rencontres ».Je senti, qu’il allait me faire une sorte d’entretien. Je m’imaginais en arrivant ici, à aller au restaurant puis sûrement coucher dans son appartement mais non rien de cela n’était prévu.« Tout d’abord, ce n’est pas chez moi ici. Je l’ai loué pour te recevoir. Je suis marié et est deux enfants. J’ai besoin d’entretenir des relations avec d’autres femmes. C’est plus fort que moi. Mais j’aime ma femme, au plus profond de moi. J’aime retrouver mes maîtresses sur des lieux différents, faire de nouvelles choses avec elles, se servir de nos expériences pour se faire plaisir. Et surtout nous apporter ce que nos partenaires ne peuvent pas toujours nous donner. J’adore explorer de nouvelles choses, je sais être autoritaire et manipulateur. Attention Lola, je ne suis pas un maître SM. Cependant j’aime certains aspects que je n’hésiterais pas a mettre à profit avec toi si tu en a envie et le besoin. Je pense être à l’écoute. Et surtout, je n’ai jamais eu de maîtresse aussi jeune que toi, t’a réussi à éveiller ma curiosité, j’espère ne pas être déçu ».Comment dire… Bah il avait planté le décor ! J’avais l’impression que ça aurait pu être moi, que j’aurais pu dire ses phrases. Je ressentais pareil, surtout le fait d’expliquer en partie pourquoi il avait ce besoin d’aller voir ailleurs.Je répondis : « J’aurais pu, en partie, dire ses mots. J’éprouve le besoin de toujours plaire, être observé, maté. J’aime recevoir ces regards malsains sur moi, une part de moi à soif de rencontre. Certains penseront que je suis une fille facile, une petite salope. Peut-être. Depuis l’âge de 13 ans, j’ai pris l’habitude de me faire sauter. J’ai ce besoin au fond de moi, d’avoir plusieurs vies en une. C’est comme si, nous étions deux en moi. Deux Lola ». Il plaçait : « intéressant ! »Je continuais tout en me levant vers ce qui me semblais être son oreille : « Je veux être ta salope, ta jeune salope ».D’un coup, peut-être le fait d’être masqué ou d’avoir entendu ses propos mais j’avais ressenti le besoin de lui dire ça. Il avait ouvert ma curiosité ! Je voulais être sa maîtresse et assouvir mes désirs et les siens !Bizarrement, à défaut d’être fidèle à sa femme, il l’était avec ses choix. Ce qui me réconfortait dans le fait de foncer à avoir une aventure avec lui !Il me demandait de rester debout. Il m’a fait enlever ma robe. Puis mais talons.Je suis resté en petite tenue avec mon bandeau devant lui. Je sentais qu’il faisait le tour de moi en admirant le corps qu’il aura loisir à toucher, pénétrer, enculer, souiller quand bon lui semblera.Qui n’a jamais rêvé ou même pensé un seul petit instant être dans cette situation avec un homme inconnu (ou pas d’ailleurs). Sans être aussi collectionneuse de mecs que moi non plus. Mais juste vivre cette situation là, une seule fois dans sa vie. Je vous met au défi de me répondre non Mesdames…Il reprenait la parole :”Nous allons bien nous amuser ensemble. J’ai déjà pleins de projets. Par webcam, j’avais deviné ton corps dans l’obscurité, sur photos ça m’avait interpellé mais là, sous mes yeux, ça m’excite ! Ta poitrine est très généreuse, ta bouche tellement pulpeuse…”.Tout en sortant un sein de mon soutien gorge puis le deuxième. Je sentais à nouveau ses mains sur mon corps. J’avais des palpitations partout dans mon corps. Vraiment partout…Avec un ton humoristique, il me disait :”Notre entretien est sur le point de se terminer Lola. As-tu quelque chose à rajouter ?”Moi : “Oui”Lui : “Je t’écoute”Moi : ” Puis-je te voir ? je peux enlever mon bandeau ?”Lui : ” Ça se mérite Lola”Je me suis mise à genoux, là par terre, puis lui avais répondu :”Je te l’ai dit que je suis une jeune salope ?”Il s’approcha…Je sentis avec mes mains sa queue à travers son pantalon. Bien dur déjà, preuve que notre échange devait l’exciter comme un fou. J’ouvrais sa ceinture, baissa un petit peu son boxer, et venais att****r sa queue pour la sortir.Je devinais la taille de son sexe dans ma petite main. Quel morceau. Peut-être l’effet masqué encore une fois qui me distillait des sensations déformé. Peut-être oui, mais les sensations étaient quand même là…J’avançais ma bouche pulpeuse jusqu’à son gland zenci sex ! Apposa mes lèvres rouge sur celui-ci. Puis avec ma main caressa ses testicules. Marc et Romuald, m’avaient assez dit que cela apporté une sensation supplémentaire que de s’occuper également de celle-ci. Je m’exécutais à mettre en pratique toute mon expérience accumulé !Je sortis ma langue, releva sa queue puis je commençais à passer ma langue, des testicules jusqu’au gland. Tout en faisant attention de bien prendre mon temps. Le plaisir est tellement plus intense quand on prend son temps.Après cette minutieuse remonté de queue, je me décidai à la prendre en bouche… Toujours avec méthodologie et gourmandise. J’entendis Laurent glousser un petit bruit de satisfaction. Accompagné d’un petit redressement de queue, même si celle-ci était déjà bien dure et droite. J’avais fait quelques mouvement de bouche, des vas et vient. Ma salive était entrain de se répandre le long de sa bite. Je sortais sa queue puis commençais une branlette espagnole avec ma forte poitrine. J’avais compris que mes seins l’avaient impressionné. Alors je lui montrais le panel de possibilité qu’il aura avec ma paire de gros seins.Laurent, semblait excité et me murmurait :” Je m’excuse Lola, Au début je te pensais trop jeune pour moi, mais c’été faux. Mais toi aussi tu t’es trompé ! Tu n’es pas une jeune salope ! Non… T’es une jeune chienne bien salope ! Crois moi c’est différent…”.Il avait raison… Je me sentais chienne à ce moment là !Et lui, glissait : “Pourtant tu n’a encore rien vu”.Et reprenais mon occupation…Je le suçais de plus en plus avec d’entrain. A la limite de la sauvagerie, peut-être son insinuation à une bête qui m’avais donné cette vivacité buccale.Avec ses mains il m’avait tenu mes cheveux, que dis-je, m’avait prise par les cheveux ! Suivant les vas et vient de ma tête qui correspondait à celles de ma bouche sur sa queue.Puis à force, c’est lui qui contrôlait l’intensité. Petit à petit, c’est plus moi qui le suçais, mais lui qui me baisé la bouche.J’ai aimé sentir ses mains dans mes cheveux et ses pouces sur ma tempe. Il enfonçait son sexe de plus en plus loin dans ma bouche et gorge. ça me rappelais vaguement ma première fellation où j’avais failli vomir… Cette fois, mon expérience me permettait de garder le rythme. Et même si sa queue me paraissait bien plus imposante !Je gémissais de plaisir. Lui aussi, il avait des petits cris et des crispations musculaire qui ne trompé pas. Il kiffait ça !Il m’indiqua qu’il allait bientôt jouir. Il commençait à vouloir se retirer pour éjaculer par terre je pense.Il est sortit de ma bouche, et lui est dit :”Dans ma bouche….”J’ai senti qu’il hésitait. J’ai attrapé sa queue et a sorti ma langue. Ma bouche grande ouverte à attendre. Je continuais d’un geste effréné à le masturber.Quelle vision il devait avoir. Une jeune inconnue de 18 ans, les yeux bandé, à genoux, en bas avec les seins à l’air qui ouvré la bouche et tiré la langue pour recevoir le sperme.Pas de doute, je ne pouvais qu’être une vraie “chiennasse” à ses yeux.Et en plus j’ai avalé une bonne partie. Une première pour moi.Le goût… comment dire…. Pour celles qui me lisent et qui n’ont pas eu le loisir de goûter… Disons que c’est amer ! Attention, ce n’est pas une obligation de le faire.Il poussait un cri de jouissance. J’ai aimé l’entendre, cela était comme récompense pour moi. Cela voulait dire qu’il avait aimé, apprécié, kiffé !!!Je restais à genoux, quand soudain, il m’enleva le bandeau.Je levai ma tête vers lui, le regardait enfin ! J’avais son sperme sur mon visage, celui-ci dégouliné, j’en avais plein la bouche, sur mes lèvres, et jusqu’à mon menton…Quelle image !Lui :” T’a bien mérité de l’enlever !”J’étais sans voix. Je mettais enfin un visage sur cet homme, que j’avais à peine vu à la webcam. L’obscurité lors de notre échange ne m’avait pas permise de bien le voir. C’était chose faite !Et surtout je mettais un visage sur cette queue décidément bien délicieuse !Pas de mauvaise surprise. Il était très agréable à regarder, un corps de rêve. Brun, ténébreux, il avait l’air d’avoir tout pour lui.Il m’aidait à me relever, et lui disait, avec un ton provocateur :” Enchanté Monsieur “, tout en lui serrant la main.Nous avons parlés un peu, pas très longtemps. Je n’ai pas eu de gêne par rapport à notre “entretien”, car nous étions tout les deux honnêtes avec nous même. Nous savions ce que nous cherchions donc il n’y avait pas de problème.Il est partit avant moi. Il m’avait juste dit qu’il communiquait que par mail et qu’avant de se revoir et d’avoir des relations sexuels, il fallait faire un test pour le VIH/SIDA chacun de notre côté. Il me laissa les clés de l’appartement, que je devais déposer dans la boîte à lettre en sortant.J’ai pris une douche, et est reparti chez mes parents.J’avais eu LA rencontre qui allait définitivement changer le cours de ma vie. J’ai toujours eu une attirance pour des choses à la limite du raisonnable. J’ai eu des aventures très jeune, un côté provocante aussi, des rencontres et des expériences hasardeuse. J’aimais cette vie là, le fait de vivre normalement et d’avoir mon jardin secret, en l’occurrence, celui d’être une fille volage. Oui j’étais honnête avec moi-même. Il y avait la Lola du quotidien (famille, boulot, etc…) puis l’autre Lola qui aimait vivre des choses que la plupart des gens jugent sans connaître ou collent des étiquettes.La séduction, la provocation, le sexe ne sont pas des sentiments ce sont juste des choses, des événements qui doivent se vivre. S’interdire de vivre ces choses quand ça arrive c’est refuser de vivre. Coucher sans avoir des sentiments pour quelqu’un c’est possible, je le savais. La plupart des gens préfèrent croire que c’est impossible ou immorale…J’avais ma vision, la mienne, pour certains cette vision était chromatique. Restreinte. Mais non, moi au moins, je m’ouvrais au monde. Je vivais ma vie comme je l’entendais.Voilà ce que LA rencontre avait opéré sur moi. C’était en moi, et je venais d’avoir ce déclic.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir